Retour d’expérience: filmer et monter avec son smartphone en sport local

12210833_10153712768169730_723936792_oChaque week-end, pratiquement, mon collègue de la rédaction locale des sports, Stéphan Verpoorten, ramène un ou deux reportages vidéo tournés avec son iPhone. Je l’ai interrogé sur sa façon de procéder et sur l’évolution de sa démarche.

 

  • Te souviens-tu depuis quand tu filmes avec ton iPhone ?

Ouf… depuis… qu’on les a reçus (mais j’avais été le chercher huit ou neuf mois après les autres). Quatre ans à mon avis. La première c’était à une présentation de Warnant une vidéo de Guy Houssa où je tremblais et où le vent fouettait l’iphone.

  • En quoi réaliser des vidéos apporte-t-il un « plus » à tes articles ?

En ceci qu’en sport régional, les manifestations sportives ne sont pas souvent filmées. Et donc arriver à avoir de belles phases de jeu, ou des actions insolites, ou d’autres choses liées suscite un incontestable intérêt. Elles rendent aussi un sujet convivial et me semble-t-il permettent à un article d’être plus vite partagé ou commenté sur les réseaux sociaux. Une vidéo transcrit aussi bien l’émotion de certains événements, comme un titre par exemple.

  • Chaque week-end, choisis-tu tes couvertures de match en fonction de la possibilité de tourner une vidéo ?

Oui et non. Oui ce samedi-ci par exemple. Je me suis dit qu’il fallait aller filmer la minute de silence que l’équipe de basket de Huy n’allait selon moi pas manquer de faire en la mémoire d’Anne-Marie Lizin. Je comptais aller voir ce match, mais si j’avais choisi un autre, j’aurais été rien que pour ça. Oui encore dans le sens où je choisis des matchs que je pense intéressants. Et non pour la même raison : je choisis des matchs que je juge intéressant et donc je ne pense pas toujours à la vidéo au moment du choix.

  • Qu’est-ce qui a évolué dans ta façon de filmer : interview, plan large… ?

Je ne m’en fais plus si je n’ai pas « tout », donc je me mets où je sens qu’il va se passer quelque chose, où il peut se passer quelque chose qui sera porteur. Si c’est 1-0 pour l’équipe A à 5 minutes de la fin, je vais aller attendre l’égalisation de l’équipe B, qui sera un plus grand moment qu’un éventuel 2-0 à la dernière seconde. Je suis obligé de choisir puisqu’un iphone ne peut pas filmer jusqu’à l’autre côté du terrain (sauf ce weekend où j’ai suivi une phase partie à côté de moi et menant jusqu’au fond du terrain).

Sinon, j’ai toujours essayé d’avoir de l’ambiance en fond d’une interview, jamais de mur ou de porte, des gens, de la vie. Mais je fais de moins en moins d’interviews, sauf si elles accompagnent quelque chose de saillant que j’ai aussi filmé, ou sauf si c’est vraiment important (un président qui risque de virer son coach).  Je fais aussi en sorte de ne pas avoir à couper la fin de mes vidéos et donc de soigner l’image jusqu’au bout pour gagner du temps au montage.

  • Comment montes-tu tes vidéos ?

Avec Splice mais avec un iphone 4 basique qui me fait perdre un temps bête. Mais il y a moyen de couper, de faire des ralentis, etc.

  • Combien de temps cela te prend-il au total (filmer/monter)

Un match dure environ 1h30-2h et le montage cela dépend. Si je publie juste un but ou une action, pas besoin de montage à la limite (ou à peine). Si je fais une vidéo de 5,6 minutes  sur un événement (remporter une titre, …) ça dure parfois quatre-cinq heures mais il est vrai avec un iphone lent.

  • As-tu des échos de tes vidéos auprès du public ?

Oui, de deux ordres : on me commente la phase de jeu filmée quand il s’agit d’une vidéo courte avec une ou deux actions précises. On me remercie ou on me dit « c’était vraiment bien » parfois après des vidéos plus longues, plus construites.

  • Quelle la vidéo dont tu es le plus satisfait ?

Je suis satisfait quand par exemple comme ce weekend, je suis au bon endroit au bon moment pour filmer l’énorme bourde d’un joueur qui mène à un but, que je l’exploite et que je vois que ça marche. Sinon, les vidéos montées est ce qui me rend le plus fier, comme le titre de Verlaine il y a deux ans ou celui du handball d’Amay l’an passé, ou la fin de match palpitante de Huy – Comblain en basket il y a deux ans. Mais j’en oublie.

La vidéo d’un match de volley


Une réflexion sur “Retour d’expérience: filmer et monter avec son smartphone en sport local

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s