Quitter la locale pour mieux la mettre en évidence

3663060104_72474ca553_o
(C) Forest History Society Photograph Collection

 

Dans quelques jours, je fais mes paquets. Bye bye ma rédaction locale de l’Avenir Huy-Waremme. Je mets le cap sur les hauteurs de Namur, à Bouge, au siège central des Editions de l’Avenir, au cœur du réacteur.

Olivier Deheneffe, le responsable de l’équipe web de lavenir.net veut faire évoluer son équipe avec des « spécialisations ». Parmi celles-ci, il y aura un pôle région. Dans les faits, ce pôle existe déjà, il est principalement incarné par ma collègue Marie-Alice Pontus. En prévision de l’évolution du site web de lavenir, Olivier a voulu renforcer ce poste. A deux, nous allons donc amplifier le travail déjà entrepris par Marie-Alice : mettre en avant ce qu’est le core business de la boîte : l’info locale. Cette info locale qui est parfois, souvent, mieux mise en évidence par les médias de radio et TV qui n’ont pourtant fait que rebondir sur des articles de collègues.

En mettant en place ce pôle, Olivier (et la rédaction en chef) donne un signal encourageant pour les journalistes de la maison (et peut-être pour d’autres). Ayant toujours eu un regard critique (positif comme négatif) par rapport aux évolutions du site web de lavenir, j’ai voulu monter dans la barque et tenter d’apporter quelque chose. Ce quelque chose, c’est mon expérience dans une rédaction locale (plus de 12 ans) et mon intérêt pour la presse en ligne, son évolution, ses possibilités… (comme vous pouvez vous en apercevoir en lisant ce blog).

Quelques lignes auparavant, j’écrivais que ce pôle est un signal encourageant. C’est aussi avoir l’audace de ramer à contre-courant d’une certaine « tabloïsation » d’une partie de la presse belge. Mettre l’info locale en avant, c’est positif mais il faudra rencontrer, créer, l’intérêt du public.Tout en étant conscient qu’il y a, au sein de lavenir.net, un sacré potentiel.

Intégrer ce pôle est un sacré défi qui est cependant loin d’être gagné. Je quitte une fonction de journaliste au sein d’une rédaction locale que j’ai su (et pu) faire évoluer pour me lancer dans un projet que je ne connais que de loin et où je vais débuter de « 0 » ou presque.

Le challenge est cependant exaltant. Je vais être en contact avec toutes les locales du groupe. Des locales, des collègues que j’ai pu découvrir et connaître lors de ma tournée de formation en 2014. Ensemble, il faudra bosser étroitement, oser se poser les bonnes questions (quel est le meilleur traitement, le meilleur angle…) pour que, par exemple, l’actualité d’une commune du Sud de la Belgique parle à un lecteur habitant à 100 km de là. Notre champ d’action sera vaste : organisation pour anticiper, déclinaison web-print, angle, titraille…), supports, réseaux sociaux…. Le renforcement du pôle permettra aussi du dégager du temps pour des productions particulières de Marie-Alice et moi-même. Chacun ayant ses marottes. De mon côté, cela portera sur la data mais pas que…

Faire ses paquets, c’est souvent l’occasion de regarder un peu en arrière.  Et je suis particulièrement content d’avoir vu ma rédaction locale évoluer vers un web first et d’intégrer maintenant pleinement l’aspect Facebook. En quelques années et avec des moyens financiers et humains limités, l’équipe de la locale a vraiment pris le train du web, chacun essayant de trouver sa place pour un mieux entre papier et web.
Un grand mérite revient à ma responsable (et voisine de bureau), Catherine Duchateau, qui a non seulement compris l’intérêt de l’évolution mais qui a encouragé les initiatives. Petit à petit, cette rédaction locale était devenue un labo où nous testions les recettes qui nous paraissaient le mieux cadrer avec nos besoins, notre environnement.
A un collègue du siège central qui me demandait si je venais au web parce que j’avais fait le tour en locale, j’avais répondu par la négative. Pour 2016, à la rédaction de l’Avenir Huy-Waremme, j’avais encore des projets tout chauds. Certains ont été lancés plus vite que prévus, d’autres dormiront peut-être encore longtemps. Avant de partir, tel un papa-poule, je laisserai quelques conseils dans un mail à mes collègues hutois puis la nouvelle aventure débutera. Et je continuerai à partager les expériences sur ce blog.


4 réflexions sur “Quitter la locale pour mieux la mettre en évidence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s