Une année 2016 riche en rencontres et couronnée par un beau projet

p_20160906_115014-animation

Ce blog, je l’ai lancé pour vous partager les projets de journalisme web conçus au sein des rédactions de l’Avenir, titre de PQR qui couvre l’actualité de la Belgique francophone. Et puis, à force de m’inspirer et de regarder ce que font des confrères ici ou là-bas, j’ai eu envie de les interroger sur leur façon de procéder, sur leur conception du journalisme web.

Dans ce billet, je partage avec vous un dernier regard dans ce rétroviseur où 2016 semble déjà presque si lointain. Mais si je me permets de vous emmener dans un bref retour en arrière, c’est simplement pour vous faire part de ces quelques passionnantes rencontres. Ces rencontres qui nourrissent des projets ou simplement qui me permettent d’aborder les choses d’une autre façon. Bref, des rencontres qui vous construisent.

Ces belles rencontres, de Clermont-Ferrand à Moscou,
en passant par le studio de RFI

Début 2016, toutes les rédactions de l’Avenir ont été formées aux « nouveaux formats, nouveaux réflexes ». Plusieurs formateurs s’étaient répartis les groupes de journalistes. Pour ma part, j’étais avec Thibaud Vuitton. Thibaud, je ne le connaissais pas. On se suivait simplement sur Twitter.

Ce qui m’a particulièrement intéressé, c’est son approche du management et sa technique de l’étoile de mer inspirée des « méthodes agiles ».

+ LIRE AUSSI | « L’étoile de mer », la méthode pour innover face aux marronniers

Durant l’été, j’ai reçu une invitation qui me faisait doublement plaisir. Julien Le Bot, que j’avais eu l’occasion de croiser lors du mémorable (et réussi) JournoCamp (organisé par Cédric Motte & sa team). Julien m’invitait à l’émission de L’Atelier des Médias (émission que j’écoute avec toujours autant d’intérêt depuis plusieurs années). La thématique ? « Quand la presse locale réinvente l’information de proximité ».

Cerise sur le gâteau, le second invité était Paul-Alexis Bernard, mieux connu sous le pseudo de PAB. Il office aujourd’hui au sein du groupe de presse Centre France et a pas mal bourlingué dans le milieu de la presse francophone. Du coup, on s’est retrouvé la veille de l’enregistrement et on a refait le monde durant des heures. Après l’émission, on a évidemment prolongé la discussion avec Julien (merci à Simon Decreuze pour les photos).

Paul-Alexis que j’ai finalement recroisé en novembre au siège de son groupe de presse. ESJ-Pro m’avait  demandé d’y donner une formation, racontée dans ce post intitulé « Dépasser le “simple” live tweet pour mener un direct en PQR« . J’ai particulièrement apprécié le fait de rencontrer des confrères vivant, à peu près, les mêmes difficultés que nous, au sein de L’Avenir. En donnant cette formation, j’ai moi-même appris, en découvrant leur travail au sein d’une presse locale qui continue plus que jamais à me passionner.

Je suis aussi arrivé dans les locaux de la Montagne au moment où le LAB Centre France se mettait en place. J’y ai croisé Raphaël PoughonQuentin Jaud qui sont aux commandes.

centre france le lab.jpg

Et j’en ai profité pour découvrir leur cockpit (l’équivalent de la soucoupe à la rédaction de L’Avenir) et le fonctionnement de l’équipe web (merci Erwan Rousseau).

moscou-photoEn décembre, c’est pour Moscou que je m’envolais. En signant à l’Avenir Huy-Waremme, il y a 12 ans, je n’avais jamais imaginé qu’un jour je viendrais raconter à des confrères russes comment « ma » petite rédaction locale a (bien) pris son virage numérique. En toute honnêteté, je ne sais pas si mon explication a été bien comprise (cernée) mais lors de ce voyage, j’ai surtout eu l’occasion de discuter de nombreuses heures (que ce soit en nous rendant à la Place Rouge ou à la maison de la presse) avec Ricardo Gutiérrez , le secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes, avec Florence Le Cam que je croise décidément trop peu dans les couloirs de l’École Universitaire de Journalisme de l’ULB sans oublier  Diederick Legrain, rédacteur en chef adjoint de MaTélé qui venait justement de réaliser un projet un peu fou avec sa rédaction: #tousàtable. Je vous invite à lire le compte-rendu du projet raconté dans ce billet « #tousàtable – le 9 décembre, le jour le plus long« .

Les étudiants placent la barre assez haut

Depuis 2014, je donne cours pratique de journalisme web à l’ULB. D’emblée, ce qui m’avait étonné, c’est que le journalisme en ligne semblait être un « gadget » pour certains étudiants. Je l’avais confié dans ce post « Coup d’oeil dans le rétroviseur de 2014 en 5 actes« . Du coup, j’avais eu envie d’articuler le cours un peu différemment pour terminer l’année avec un projet de long format.

Tout cela s’est concrétisé en avril et mai 2016. Par groupe de 4, 5, les étudiants ont réalisé des longs formats sur différents sujets.

ulb-molem

Dans le lot, il y a eu de très belles satisfactions et les échos ont été particulièrement positifs, autant de leur part que de la part des étudiants que l’extérieur. Alors, oui, ce travail est vraiment ma toute belle satisfaction 2016. La barre est placée assez haut, à voir si on pourra remettre ça dans quelques mois.

Il n’y a plus qu’à espérer que 2017 apporte autant de belles surprises et de rencontres.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s