Dans les coulisses du Mystère de Grimouville

Image
Le Mystère de Grimouville, c’est la belle surprise du début du mois d’avril. Mes racines de journaliste localiste ont été titillées par cette histoire, hyper locale. Une histoire qui baigne dans une atmosphère qu’on retrouverait bien dans un Fred Vargas.
Non seulement ce webdoc est réussi mais en plus, les auteurs sont super disponibles. J’en ai donc profité pour interroger Romain Jeanticou (qui a réalisé le reportage avec Charles-Henry Groult)
 sur les coulisses de ce projet : comment ils ont bossé, quel a été l’apport du studio de création… Avec des réponses super complètes qui devraient en intéresser plus d’un.

– Les nombreux retours positifs vous étonnent-ils ? Et… avez-vous eu des critiques ?

Nous avions confiance en notre histoire, qui est la raison d’être du webdoc et son intérêt principal. Elle se résume en deux phrases, attise la curiosité et donne envie d’aller au bout. Lors de la collecte de crowdfunding et de la présentation au Figra, nous avions pu mesurer son efficacité.
Le vrai challenge était de la mettre en scène dans un webdocumentaire, l’articuler correctement, faire en sorte que l’interface la serve et que le spectateur soit immergé dans le mystère. Une de nos principales craintes était de laisser chez l’internaute une certaine frustration vis à vis de notre choix de fin. Sur ce point-là, nous sommes effectivement agréablement surpris de constater que la quasi-totalité des gens adhère au parti pris éditorial, certains nous félicitant même de nous être sortis avec succès d’un final « casse-gueule ». Ça nous fait particulièrement plaisir car c’était important pour nous.
De façon générale, nous sommes très touchés par l’accueil que reçoit notre projet depuis le départ, que ce soit à travers le soutien lors de la collecte ou le succès à sa diffusion.
Il y a certainement des critiques négatives mais peu nous ont été adressées directement ou postées en ligne donc nous en avons eu peu écho. Les principaux mauvais retours concernent l’accès au webdoc, qui est parfois chaotique selon les navigateurs. À part ça, quelques trolls sur Rue89 nous ont reproché de perdre du temps sur ce genre de sujet au lieu de nous occuper des « vrais problèmes ».Jeanticou Groult
–  Combien de temps cela vous a-t-il pris ? 
C’est assez difficile à quantifier précisément car nous sommes allés pour la première fois à Grimouville en novembre 2012 mais entre ce premier tournage de quelques jours et la sortie du webdoc la semaine dernière, nous avons dû travailler chacun de notre côté dans nos jobs respectifs. On les a finalement quittés à Noël, donc je dirais que mis bout à bout on a dû travailler quatre à cinq mois à plein temps au total sur Le Mystère de Grimouville.
– C’est un sujet très local, pourtant, ce sont des médias « nationaux » qui vous acheté le webdoc. Avez-vous été contactés par des titres de PQR ?
Oui, dès le départ, c’est-à-dire au moment du prix du Figra et de la collecte. Mais si Télérama et Rue89 sont diffuseurs, c’est bien France Bleu, par l’intermédiaire des Nouveaux Médias de Radio France, qui a acheté le projet. Notre principal partenaire est donc bien un média de région. Le webdoc reste ainsi bien ancré dans le local comme nous l’avons toujours voulu, mais profite de la visibilité de diffuseurs nationaux.
– Avec le seul apport du crowdfunding (3 542 €) a quoi aurait ressemblé « Le Mystère de Grimouville » ?
Seule l’interface aurait été différente, puisqu’elle représente quasiment la totalité de notre budget. Le résultat aurait été encore plus Do It Yourself j’imagine, moins beau, moins fonctionnel, moins soigné sur les finitions car à ce prix-là il est impossible d’avoir un résultat propre en termes de développement et de direction artistique. Le webdoc n’aurait pas été visionnable sur iPad, par ailleurs.
– Le cheminement dans le village était prévu dès le départ ? Ou aviez-vous une autre idée ?
Dessin 2Oui, c’était prévu depuis le départ, avant même de mettre un pied à Grimouville. Dès que nous avons décidé de traiter le sujet sous forme multimédia, ce choix d’interface s’est imposé de lui-même car il servait parfaitement l’histoire : quelque chose de simple, immersif, avec un début et une fin. Nous l’avions présenté aux internautes lors de notre collecte.
– Comment avez-vous procédé pour capter les images pour ce cheminement  ?
Nous avons fixé une GoPro sur le capot de notre voiture et traversé le village en marquant des arrêts aux endroits où nous avions choisi de placer les personnages. Lors du tournage, nous étions encore étudiants au Centre de formation des journalistes de Paris et nous avons utilisé le matériel de l’école. On a essayé de filmer la traversée au 5D avec Charles-Henry à cheval sur la fenêtre et moi au volant mais c’était mille fois moins stable que le résultat de la GoPro !
– Comment avez-vous trouvé le studio de création ?
C’est notre producteur/parrain/ami/porteur de bières Olivier Lambert (Lumento) qui nous les a présentés. La boîte s’appelle Créaktif, ils sont à Paris.
– Quel a été son apport sur ce projet (à part l’aspect technique) ?
Nous avions demandé à Axel Corjon, qui s’est occupé du projet chez Créaktif, de ne pas hésiter à nous soumettre ses suggestions ou ses remarques, c’était important pour nous d’avoir son regard autant comme développeur que comme graphiste ou directeur artistique. Il a apporté plusieurs idées que nous avons intégrées au résultat final et a donné une cohérence à l’ensemble.
– Une semaine après sa mise en ligne, auriez-vous envie de modifier quelque chose ?IMG_9741
On n’a jamais vraiment fini de travailler sur un projet pareil ! On aurait aimé un fonctionnement vidéo encore plus fluide, une image un peu plus léchée, aussi. Il y a toujours moyen de faire mieux, mais il faut aussi savoir dire « stop, on s’arrête là ». Nous sommes satisfaits du résultat final et très heureux d’avoir été au bout de notre projet.
– Connaissez-vous les chiffres de fréquentation ?
Nous n’aurons les chiffres totaux (France Bleu + Télérama + Rue89) qu’à la fin de la semaine mais ce que l’on sait déjà c’est que 35 000 visiteurs uniques se sont connectés le week-end de la sortie du webdoc pour le voir sur France Bleu et 50 000 en un seul jour sur Rue89. Ça fait super plaisir de voir autant de gens s’intéresser à un projet avec un aussi petit budget.
– Comptez-vous présenter votre webdoc à des festivals ?
Si nous en avons la possibilité, bien sûr. Nous le présenterons avec plaisir partout où l’on veut bien de nous.
– Dans une interview à Télérama, tu expliques que ce webdoc est arrivé par hasard et que vous n’y connaissiez rien en la matière. Aujourd’hui, ça vous donne envie d’en faire d’autres ?
Ça nous donne envie de travailler sur des projets originaux, innovants et multimédia. Nous avons réalisé Le Mystère de Grimouville sous forme de webdocumentaire car nous trouvions que c’était la forme qui convenait le mieux à l’histoire que nous voulions raconter. On garde à l’esprit, que ce soit avec notre média de reportage long format et multimédia Le Quatre Heures que nous lançons en tant que média pérenne à la rentrée (www.lequatreheures.com pour la version bêta) ou pour d’autres idées que nous avons en tête, que la forme doit servir le fond et que c’est le sujet qui doit imposer le format. Nous sommes journalistes et avons envie de raconter des histoires. Si on peut s’amuser et expérimenter un peu pour ce faire, c’est encore mieux.
– Sur kisskissbankbank, vous annoncez un iBook, un prolongement nécessaire, ou plutôt une idée pour obtenir du financement supplémentaire ?
Ni l’un ni l’autre, nous l’avions réalisé dans le cadre de notre formation au CFJ, il accompagnait la version écrite du Mystère de Grimouville, qui est le point de départ du webdoc. Au moment de décider des contreparties à proposer aux donateurs, nous avons pensé que comme il apportait une vraie valeur ajoutée et du contenu inédit, c’était un chouette bonus à offrir pour les possesseurs d’iPad. Pour nous, c’est aussi l’occasion de maîtriser un nouveau support multimédia et de s’initier à des plateformes du type de l’Apple Store.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s