Comment nous avons travaillé avec la page facebook du journal en situation de crise

Blog facebook neige
Collection Peter Winkworth, Bibliothèque et Archives Canada, e002291852

 

Le vendredi 15 janvier 2016, la région a été touchée par d’importantes chutes de neige. Si, dans un premier temps, nous étions partis sur un classique « envoyez vos photos » et « suivez la situation en direct », face aux conséquences de ces précipitations (de très nombreux foyers privés d’électricité), la rédaction de l’Avenir Huy-Waremme a dû adapter sa façon de travailler en mettant sa page Facebook au cœur du dispositif.

Eviter de lasser, mais…

Dès le début de la journée, on sent qu’il y a une forte audience : Le premier article sur les conditions hivernales avec quelques photos est largement partagé, liké. Première évolution de la situation : de nombreuses routes sont paralysées au moment où les gens se rendent au boulot. Une info pratique qui fait l’objet d’un article. Rapidement tout va s’accélérer : matches remis, soirée d’étudiants annulée, toit d’un magasin qui menace de s’effondrer à cause de la neige…

Face à cela, j’ai eu peur de lasser les « fans » de la page mais ces sujets trouvent un large écho et en fin de journée, nous ne proposons plus que des articles ayant un rapport direct avec les conditions climatiques et leurs conséquences (coupure d’électricité, coupure d’eau…). La page capte deux fois plus de « fans » que lors d’une journée classique.

Garder le contact, répondre aux questions

Après un vendredi très chargé (on a été pratiquement  submergé par l’actu), on s’est rendu compte que la situation restait particulièrement problématique le samedi : plusieurs communes avaient activé leur plan d’urgence suite à la coupure de courant. Notre région était la plus touchée et les premières informations n’indiquaient un retour de l’électricité que pour le dimanche, voire le lundi. Des accueils sont mis en place, des gens doivent quitter leur domicile, une mobilisation se met en place…  Pas question évidemment d’attendre lundi ou de ne publier qu’un ou deux articles sur le week-end. Nous décidons donc de faire des articles réguliers avec le point sur la situation, on propose des reportages de terrain, on tente de répondre aux questions…
Dimanche, quand l’électricité commence à revenir, on demande aussi aux personnes de recouper les infos des autorités, du gestionnaire du réseau (« On annonce le retour du courant dans tel village, pouvez-vous confirmer ? »).

Une forte viralité

Comme pour la plupart des sites d’info, l’audience du week-end est plutôt mollassonne. Mais suite à cette situation exceptionnelle, on a vite remarqué que les gens se tournaient vers la page Facebook de la rédaction pour obtenir des informations fiables (beaucoup de choses circulaient sur les réseaux). La plupart de nos posts ont d’ailleurs eu une portée deux fois plus importante que pour un week-end.
A côté de la gestion de la page Facebook de la rédaction, nous avons aussi quadrillé les différents groupes locaux de la région afin de déceler des questions, des problèmes… et d’y apporter des réponses dans nos articles. C’est notamment en suivant toute l’actualité de ces groupes que nous avons relevé plusieurs gestes de solidarité particuliers. Nous en avons fait un article et une suite y a été apportée le surlendemain. Cela nous a permis d’avoir des articles avec une forte viralité.

Je pense que ce travail de longue haleine a permis non seulement de toucher un nouveau public mais aussi d’accroître l’image du journal.

 

Conclusion en 5 humbles conseils pour une situation hors-norme :

  • Ne vous contentez pas de balancer des articles via votre page Facebook, assurez une véritable présence, notamment en répondant aux questions.
  • Apportez des infos pratiques
  • Allez partager l’info dans les (bons) groupes locaux.
  • Suivez l’actualité sur les réseaux (encore plus quand les voies d’accès sont difficilement praticables)
  • Gardez un œil sur les statistiques de la page pour tenter de déterminer ce que les gens cherchent comme types d’info

 

A lire aussi: Un an de community management dans une rédaction locale de PQR

Sans oublier : Intempéries: l’élan de solidarité qui redonne foi en l’humanité… et dans le rôle des médias (par Benoit Raphaël)

 


2 réflexions sur “Comment nous avons travaillé avec la page facebook du journal en situation de crise

    1. Bonjour, les journalistes de la rédaction sont présents dans différents groupes locaux (cela permet de suivre l’actu) et c’est via nos comptes que nous partageons les articles postés depuis la page FB de la rédaction (ce qui permet aussi de donner une visibilité à la page de la rédaction)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s