Comment Nice-Matin développe le « journalisme de solutions »

blog-nice-matin

Depuis le début octobre, Nice-Matin propose une rubrique #solutions. Ce journalisme de solutions n’est pas une nouveauté pour la rédaction de Nice-Matin. Damien Allemand, le responsable digital de Nice-Matin, fait le point: d’où vient l’idée, quel est l’objectif, comment travailler, qu’est-ce qui prend le plus de temps…

Dépasser le compte-rendu des faits pour trouver des solutions à de grands problèmes locaux. Comment cette idée a-t-elle germé à Nice-Matin ?

blog-nice-matin-damien-allemandDamien Allemand : L’idée a germé janvier 2015, à peine un mois après la reprise de Nice-Matin par ses salariés. Nous étions en atelier stratégique avec Benoit Raphaël pour construire notre future offre abonnés. Tous les chiffres de tendances des médias aux USA et aussi plus proches de nous (aux Pays-Bas notamment) indiquaient qu’il fallait aller dans cette direction. Une direction qui fait aussi écho à l’histoire des salariés de Nice-Matin. Des salariés qui ont refusé la fatalité et ont décidé de prendre en main leur avenir en rachetant leur entreprise. C’est très solution comme démarche.

Concrètement, cela demande-t-il plus de moyens (humain, temps) qu’un article “classique” ?

Oui. Le reportage “solutions” exige de faire du terrain. De prendre le temps de chercher le bon interlocuteur, celui qu’on entend pas ou peu. Parler des solutions ne se fait jamais sans poser le problème. Et ça passe par récolter des données pour confirmer que c’est bien un problème. Cette phase pour cerner le problème est finalement la plus longue pour nos reporters.

Comment sélectionnez-vous les thématiques sur lesquelles vous pencher ?

Chaque mois, les reporters solutions se réunissent pour définir plusieurs thématiques. Elles sont dans l’actu, ou pas. Cette réunion dure une bonne heure. Nous jetons un maximum d’idées puis nous en choisissons 3 entre nous. Ces 3 thématiques sont ensuite soumises à nos abonnés qui vont voter pour leur préférée.

blog-nice-matin-solutions

N’est-ce pas compliqué de trouver des interlocuteurs qui apportent un regarde extérieur, neuf et pertinent sur des problématiques locales ?

Non et il ne faut pas avoir peur d’aller voir des gens “inattendus” sur un dossier. Deux exemples en tête: pour un dossier avec pour thématique “comment casser les ghettos”, un de nos reporters a été voir des architectes et des designers. Ils lui ont fait des propositions sur des réaménagements possibles de nos cités, très loin de ce qu’on voit d’habitude.

Autre exemple sur comment en finir avec les bouchons: c’est une mathématicienne qui a fait des propositions très concrètes (généraliser le stationnement en épi, baisser la vitesse de 20km/h sur l’autoroute, etc.) juste en jouant avec les données qu’elle avait récolté.

Avez-vous vous un formatage spécifique (présentation) pour ce type d’articles ?

On distingue 2 types de formats. Un très libre qui correspond à un long reportage, très écrit, très incarné, pour nos dossiers du mois. Un autre plus court qui se décline en 2 voire 3 points:

C’est quoi le problème

On constate, on pose le problème et on explique pourquoi c’est un problème en utilisant des infographies qu’on accompagne de textes. On essaie de sortir un maximum de data, on sort les chiffres qui frappent.

Si pas de chiffre, on utilise des témoignages forts, des coups de gueule, pour poser les débats. Des phrases plutôt chocs. Le but est d’interpeller, d’être simple et efficace dans la transmission du message et dans la réalisation.

La solution proposée

On présente la solution en vidéo si on peut, priorité au texte. On explique en détails comment ça fonctionne. On peut utiliser des photos avec des incrustations texte.

En bonus, on peut

– les exemples à l’étranger: avec une carte « pour nous faire voyager » et du texte.

– pourquoi ça peut marcher/changer votre vie

– comment on peut l’améliorer

– Maintenant on fait quoi pour que ça marche ?

– qui peut s’en saisir ?

Début octobre, vous avez lancé une rubrique “solutions”. Quel est l’objectif et à quelle cadence est-elle alimentée ?

Le but était de donner une meilleure visibilité à nos articles solutions, qui étaient exclusivement réservés à nos abonnés. C’était aussi pour rassembler nos dossiers thématiques. On espère livrer un reportage par jour.

Comment déclinez-vous ces articles sur les réseaux sociaux ?

Notamment en vidéo, sur Facebook. Quelques-uns ont aussi eu un story Snapchat qui correspondaient.

 

Peu de temps après cette interview, Damien a tweeté cette photo. Visiblement, et à raison, Nice-Matin, continue toutes les possibilités qu’offre le journalisme de solutions:

Et sinon, pour me suivre sur twitter, c’est par ici @arnaudwery et il y a aussi ma page Facebook avec une veille axée webjournalisme, presse locale et data.

Une réflexion sur “Comment Nice-Matin développe le « journalisme de solutions »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s