En Wallonie et à Bruxelles, nous avons la chance d’avoir énormément de (micro-)brasseries locales. Pour les amateurs (dont je fais partie), c’est un plaisir de partir à la découverte de ces richesses houblonnées.

Mais ce n’est pas toujours évident de relier la bière qu’on est en train de déguster avec la brasserie qui se trouve peut-être à deux pas de chez soi… comme à l’autre bout de la Wallonie (on est d’accord, ce n’est pas super loin).

En novembre, alors que la Belgique vivait son deuxième confinement, je me suis demandé si les bières locales ne seraient pas un (bon) prétexte pour faire voyager les internautes… ou en tout cas pour faire mieux connaître la Wallonie.

Fin 2018, avec le weblab de L’Avenir.net, nous avions repris (avec leur autorisation) l’idée du Télégramme qui avait lancé Bourgmaster: un jeu de connaissances géographiques sur les communes. Notre version wallonne dénommée “Wallons-nous?” avait rencontré un joli succès. Je l’avais raconté dans ce post intitulé “Susciter l’intérêt des internautes pour l’histoire et la géographie locale grâce aux formats

L’idée du jeu des brasseries était de reprendre, en l’adaptant, la mécanique mise en place pour “Wallons-nous ?” Une façon de gagner du temps et d’améliorer la mécanique de 2018 (la version mobile n’était pas une réussite, il faut l’avouer).

Pour l’aspect géographique, nous avons complété les 5 provinces wallonnes avec la région de Bruxelles.

Concernant les bières, le coeur du projet, nous avons mis en place deux niveaux de difficulté (il y en avait 3 pour le jeu des communes). Pour faire tourner le jeu, il y a une centaine de bières à trouver (nous avons mis une sélection aléatoire pour chaque niveau). Trouver une centaine de bières ne s’est pas improvisé: il fallait que les bières soient bien produites en Wallonie, profiter de l’occasion pour mettre des coups de coeur en avant et trouver le juste milieu entre les productions mainstream et les pépites locales.

J’ai fait appel aux collègues qui chroniquent des bières pour le supplément week-end du journal Deuzio. En parallèle, Thomas Bernard et Cédric Dussart (du weblab) développaient d’ailleurs  “la cave à bières du Deuzio” qui a été mise en ligne en même temps que le jeu.

Ce jeu des brasseries a été l’occasion aussi de développer un partenariat avec Wallonie Belgique Tourisme (WBT), un organisme public. Leur expertise nous a permis de valider nos choix et de compléter notre liste avec leur base de données.

Un mail qui n’est pas passé inaperçu

Le jeu (mécanique, design, choix des bières, partenariat, déclinaisons pour les réseaux sociaux…) a pu être bouclé en une dizaine de jours et est sorti juste avant les vacances de Noël. Avec un rapide succès… et un mail qui m’a interpellé : “J’ai vu votre liste des brasseries de Wallonie et je ne vois pas ma petite entreprise. Fallait-il s’inscrire quelque part ?”

Une question qui ouvrait (trop tard, malheureusement) une perspective: construire un jeu sur base d’une communauté. Plusieurs possibilités auraient pu être envisagées : lancer un appel (vous êtes une micro-brasserie, contactez-nous), demander aux brasseries préalablement ciblées de nous communiquer leurs 2 bières coups de cœur…. L’occasion de fédérer dès la conception, une communauté qui aurait donné un écho démultiplié lors du lancement. 

De belles perspectives mais qui auraient inévitablement allongé la conception. Pour cette fois, c’était compliqué, voire impossible mais cela n’empêche donc pas d’avoir un petit regret.

Un jeu parlant de bières et de géographie va-t-il trouver une audience ? N’est-on pas dans une (trop petite) niche ?

Ces questions ont été débattues au préalable. Mais l’aspect découverte des richesses du terroir semblait une belle carte à jouer et est dans l’ADN du journal. Les premiers chiffres, un mois après le lancement, confirment en tout cas que le public a répondu présent. Avec comme seul plaisir de se tester et, pour certains, d’inscrire leur nom sur le wall of fame (car il n’y absolument rien à gagner)

Une relance éditoriale est déjà envisagée.